La Fondation : la période belge de 1870-1918

Les années jusque et y compris la Grande guerre (1870-1918)

Ce demi-siècle d’histoire pourrait être divisé en deux : une période jusque vers 1900 qui est la prolongation de la précédente, conflits internes en moins, avec des aménagements subséquents dans l’hospice d’Harscamp.

Lire la suite : Les années jusque et y compris la Grande guerre (1870-1918)

Les effectifs de l’hospice d’Harscamp

Les effectifs de l’hospice d’Harscamp

Lire la suite : Les effectifs de l’hospice d’Harscamp

Le personnel soignant et de service

Très rapidement (avant 1875), une cinquième sœur de la Charité rejoint les quatre engagées en décembre 1869. Elles sollicitent la possibilité de recevoir leur nourriture journalière aux frais de l’hospice. Ce qui leur est accordé, mais sans menu spécial : ce sera la nourriture ordinaire de l’établissement, dont elles ne semblent nullement se plaindre.

Lire la suite : Le personnel soignant et de service

Les travaux à l’hospice d’Harscamp

Les travaux à l’hospice d’Harscamp

Seuls les plus importants seront repris dans ce qui suit.

Lire la suite : Les travaux à l’hospice d’Harscamp

Les autres immeubles appartenant à la Fondation d’Harscamp

En lisant les rapports détaillés des assemblées – Parents ou Commission administrative – on ne peut qu’être étonné de voir l’importance que prennent les discussions et les transactions au sujet du reste du patrimoine de la Fondation. C’est que les sommes financières engagées dans le maintien, la restauration ou l’adaptation de ces divers biens sont importantes.

Lire la suite : Les autres immeubles appartenant à la Fondation d’Harscamp

L’hôtel d’Harscamp

Entre 1866 et 1875, l’hôtel des voyageurs est loué aux grands-parents Hoogen, qui sont également négociants en vins et qui sous-louent aux messageries Van Gend. C’est un hôtel de standing, dans lequel descendent des personnalités, telles le comte et la comtesse de Flandre en 1871, et bien plus tard encore la reine Marguerite d’Italie en 1901 et le futur roi Albert et son épouse en 1908 (29).

Lire la suite : L’hôtel d’Harscamp

La ferme de Fayat

C’est par elle qu’avaient débuté en 1844 les tensions entre la Commission des hospices et les Parents, suite à un échange avec la ferme de Strée. Elle est vendue le 11 août 1894 à M. Emile Henricot de Court-St-Etienne sur une mise à prix de 170.000 francs (environ 600.000 euros).

Lire la suite : La ferme de Fayat

La ferme de Boing

Le 12 mars 1876, un ouragan ravage le plateau hesbignon et une grange est renversée, qu’il faudra reconstruire. C’est quasi la seule chose qui mérite d’être relevée au sujet de cette propriété de la Fondation qui regroupe en fait deux fermes et quelques 60 ha de terres et prairies. Relouée à chaque terme, n’ayant jamais demandé de gros investissements, elle représente un patrimoine sans problème.

Lire la suite : La ferme de Boing