Historique de la Fondation d'Harscamp

Il n'y a aucun article dans cette catégorie. Si des sous-catégories sont affichées sur cette page, elles peuvent contenir des articles.

Sous-catégories

  • Les Collateurs de la Fondation

    Les Collateurs de la Fondation : une famille au sens large

    Henry d'Otreppe de Bouvette

     

     

    "La fortune du comte et de la comtesse d'Harscamp était énorme ; au-delà de ses largesses testamentaires destinées à ses parents, ses amis, ses serviteurs, Isabelle Brunelle a investi les avoirs de son mari dans la fondation namuroise et les siens propres dans les quatre fondations aixoises ; ses dispositions en ce sens font preuve au plus haut degré d'intelligence et d'altruisme, tout comme de caractères ouverts ou novateurs -il en va ainsi de l'établissement d'un nombre égal de pensionnaires des deux sexes, par exemple, ou de son souci proclamé d'agir avec économie pour le meilleur bien de la fondation ; la composition du collège des collateurs est faite de parents mâles ayant atteint leur majorité, cette réserve masculine devenant plus inattendue de nos jours... Par dessus tout, c'est la continuité qui fascine : une continuité faite d'attachement, de tradition et de conduite avisée. Nous sommes en présence d'un outil à peine postrévolutionnaire, tournant depuis deux siècles avec une régularité bénéfique."

    Veuillez vous identifier ou vous inscrire pour lire la suite...

     

     

     

     

     

     

    Nombre d'articles :
    11
  • La famille d'Harscamp
    Veuillez vous identifier ou vous inscrire pour lire la suite...François-Pontian, comte d’Harscamp, baron de Bossimé, seigneur de Bierwart, Otreppe, Barse à Hannesche, la Marlière, Lustin, Maillen, Profondeville, Fernelmont, Tongrenelle, Rivière, Rendeux, Montigny-sur-Meuse, Marchin, Wavremont, Lambussart…, baptisé à Namur le 15 mai 1717, est mort à Fernelmont le 12 floréal an II (1er mai 1794).
    Sans doute ce décès ne serait-il que l’un parmi d’autres d’une longue histoire familiale s’il ne laissait pour veuve celle qu’un détour de l’histoire lui fit rencontrer à Aix-la-Chapelle lorsqu’il avait environ trente ans, Marie-Isabelle Brunel(le)1. Il en aurait été de même si les trois enfants qu’ils avaient eus de leur union célébrée en terre hongroise en 1748, n’étaient pas morts là-bas à près de douze, dix et six ans, en 1763 et vers 17652. Mais le départ d’Europe centrale après ces décès, avec l’installation à Fernelmont, le brillant état de fortune familiale de Pontian et l’ouverture d’esprit des conjoints devinrent, du décès de 1794 à celui d’Isabelle le 8 mai 1805, les données majeures des origines d’une fondation remarquable.
    Nombre d'articles :
    1
  • La Fondation d'Harscamp
    Nombre d'articles :
    1
  • Du testament à l'ouverture de l'hospice d'Harscamp

    Du testament d’Isabelle Brunelle (20 janvier 1805) à l’ouverture de l’hospice d’Harscamp  (1er octobre 1812)

    Alex FURNEMONT

     

    La grande aventure que nous nous proposons de relater tout au long de cet article a commencé le neuf pluviôse, an treize de la République Française (20 janvier 1805) avec le testament que dicte Madame Isabelle Brunelle douairière d’Harscamp au notaire Henri-François Toussaint, résidant à Burdinne, arrondissement de Huy, département de l’Ourthe.

    Nombre d'articles :
    29